Contexte

 

Dans un contexte de crise de l’apprentissage que connaît l’éducation aujourd’hui, l’exigence de qualité est désormais au cœur de toutes les politiques éducatives et de l’enfance.

De nombreuses études de mesure de la qualité, telles que PISA pour les pays de l’OCDE ou SAQMEQ et PASEC en Afrique, ont été déployées au niveau international aux différents niveaux d’éducation. Seule l’éducation de la Petite Enfance (ISCED 01 et ISCED 02) en est exclue : « de nombreux pays éprouvent encore des difficultés à définir le sens, l’objet et le contenu du socle de l’éducation dans le contexte d’un monde en évolution rapide, ainsi qu’à mesurer les résultats et acquis de l’apprentissage » (UNESCO, 2000).

Nous savons communément, que le développement du cerveau opère à grande vitesse chez le jeune enfant, très réceptif aux stimulations. Selon les estimations, environ 250 million d’enfants âgés de moins de 5 ans – notamment dans les pays à faible et à moyen revenu – risquent de ne pas développer leur plein potentiel. La petite enfance devient un champ éducatif portant un intérêt de plus en plus croissant dans l’ensemble de la communauté internationale.

Les enjeux autour de la qualité sont donc essentiels pour mieux apprécier les efforts d’investissement dans des politiques d’éducation lors de la petite enfance. Les premières années sont décisives. Lorsque les professionnels répondent aux besoins des enfants, l’impact est décisif sur leur développement.

 

Dans la continuité des 1er et 2nd congrès – dont les thématiques étaient respectivement « Les actions
majeures de qualité en Petite Enfance » et « Transition vers l’école : équité, qualité et innovation », cette
3ème édition du congrès au cœur de l’Enfance propose un recul objectif sur nos orientations et
pratiques dans l’éducation de la petite enfance et s’interrogera en juin 2020 sur plusieurs enjeux
autour de la notion même de la qualité. En s’appuyant sur la diversité des différentes structures
existantes – accueil collectif privé/public et accueil individuel et scolaire - dans les différents pays, nous

souhaitons questionner cette notion et nous adresser à tous les acteurs institutionnels et professionnels-
éducateurs.

Approche du Congrès

  • Pourquoi doit-on parler de la qualité ?

  • La standardisation / l’établissement de normes de la qualité suffisent-ils à garantir la qualité ?

  • A contrario, l’absence de normes ou de standards signifie-t-il nécessairement un manque de qualité ?

Conceptualisation de la qualité

Conditionnalités et ingrédients de la qualité

  • Comment démontre-t-on la qualité ?

  • Doit-on évaluer pour démontrer (et à quelle échelle) ?

  • Doit-on privilégier la qualité
    du processus éducatif seul ?

  • Comment améliore-t-on la qualité ?

  • Quelles pistes sont à privilégier ?

  • Quelles limites et freins au déploiement ?

La qualité au service d’un plein épanouissement de l’enfant

  • S’agit-il d’un processus intrinsèque ou externe ?

  • S’agit-il d’un processus pérenne ou précaire ?

  • Comment évalue-t-on la qualité ?

  • À quels bénéfices peut-on s’attendre pour les enfants ?

 

Les conclusions du congrès devraient pouvoir nous encourager à :

 

  1. Partager une plus grande lisibilité autour de la qualité,
     

  2. Inciter davantage de recherches sur la qualité et les initiatives autour de la qualité dans les différents milieux d’accueil et d’éducation des enfants
     

  3. Mobiliser le monde des affaires et les acteurs de la société civile qui soutiennent et rendent possibles les programmes de soutien à l’éducation de la petite enfance dès le plus jeune âge.

Résultats attendus

Site map

Phone : +33 1 71 22 71 00 

#Ensemble4quality

#WeCanForChild

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • YouTube - Cercle blanc
  • Twitter - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle

Langues

Réalisé par l'Agence Spotted